Bistrot

Beaucé (Le)



43, rue Richer
75009
Paris
Grands Boulevards

Chef: 
Marius Bénard

Fermé le samedi midi, le dimanche et le lundi midi
Fermeture annuelle non précisée.
Un très bon bistrot
Nouveauté

Bon sang ne saurait mentir puisque Marius Bénard, fils de Gilles (Ramulaud, Quedubon) est descendu des Buttes Chaumont pour se poser en douceur non loin des Grands Boulevards et reprendre l'antienne du bistrot ménager où lui-même officia dans le XIXème. La façade, rouge, ramène sa fraise, tandis que l'intérieur se la joue plus modeste, zinc, pierres apparentes, petits carreaux blancs au sol, et  gigantesques ardoises bachiques conformes à l'héritage paternel. S'y confirme ici la dilection claironnée pour les abats, foie, joues, langue, cervelle... débarquant au gré des jours et de l'inspiration du moment. La maison joue en deux temps, parfait formule-menu au déjeuner (avec quelques escapades en sus, entrecôte Simmental et pommes grenaille, côte de cochon de Meignan), alignant ses canailleries, salade de lentilles, parmentier de boudin noir, crème caramel par exemple. Au dîner, on passe la démultipliée (choix, prix) permettant de voguer d'une terrine de campagne maison à un turbot beurre citronné ou à une pomme de ris de veau. L'ensemble est simple, fiable, de bon ton, renforcé par de petits détails qui comptent, y compris au déjeuner : changement de couverts entre entrée et plat, présentation de la bouteille lors du service au verre et serviette en tissu façon torchon de ménage. Soit du bistrot respectueux et respectable.

 


Notre repas du : 
01 juin 2021
Prix : 
44.50 €
pour ce repas avec un verre de chenin de loire de Courault et un verre de cheverny pineau de loire de Christian Venier, très agréables.

Œufs durs mayonnaise (cuisson parfaite, mayo costaude) - Tendron de veau braisé au pimento, poêlée de champignons (un morceau <de peu> comme l'on disait autrefois, braisé avec tendresse) - Pannacotta aux fraises Mariguette (nouvelle variété très convaincante). 


Vin :    des ardoises à se vautrer aux références (une centaine, <naturellement vôtres> (Derain, Achilée, Souhaut, Arena…)
Pain :    Poujouran, c'est excellent.
Café :    Arabica <Vertigo> Van Hoos, (19, rue Richer)

AUTRES ADRESSES PAS LOIN
Jòia
Bistrot

Jòia

Un très bon bistrot

Devenue une destination gastronomique en soi, cette rue et le quartier en général regorgent de concepts culinaires en tous genres.

39, rue des Jeuneurs
75002, Paris

Découvrir le Bistrot

Bistrot Kinzo
Bistrot

Bistrot Kinzo

Un très bon bistrot
♥︎

On le sait, la diaspora des chefs japonais est désormais solidement ancrée dans le paysage culinaire parisien. Mais Edouard Uchiyama, patron de ce bistrot, est un échappé du peloton.

13, rue Rougemont
75009, Paris

Découvrir le Bistrot

Kémia
Bistrot

Kémia

Un très bon bistrot
♥︎

Le carrelage mural de la cuisine ouverte donne le ton à ce bistrot qui a remplacé un japonais en juillet dernier : multicolore, chaleureux et enjoué.

1, rue Bergère
75009, Paris

Découvrir le Bistrot

Régalade Conservatoire (La)
Bistrot

Régalade Conservatoire (La)

Un très bon bistrot

Dans un décor noir et blanc, la tradition du menu carte des Régalade (qui a pris 4€ en un an…) avec la grande terrine posée sur la table en attendant le début du service, la carte en place pour un

7, rue du Conservatoire
Hôtel de Nell
75009, Paris

Découvrir le Bistrot

Diables au Thym (Les)
Bistrot

Diables au Thym (Les)

Un très bon bistrot

Passons sur l’enseigne qui évoquerait plutôt un salon de thé pour old ladies (la même diablerie se retrouve à Toulouse, Tignes, Clermont-Ferrand et Argenton sur Creuse), évacuons honteusement la ma

35, rue Bergère
75009, Paris

Découvrir le Bistrot

Café Panache
Bistrot

Café Panache

Un bon bistrot
♥︎

Un Panache Café qui n’en manque toujours pas: un décor inchangé (tables en palissandre avec chanfrein noir et blanc, murs plaqués de faïence, parquet point de Hongrie buriné, mosaïque au pied du be

1, rue Geoffroy-Marie
Hotel Panache
75009, Paris

Découvrir le Bistrot


Le meilleur des bistrots et restaurants parisiens